Marguerite Rouyer, 105 ans en 1700 (Centenaires #1)

Revenons à Marguerite !

 

Si vous avez limage-rmngpu mon post Aux racines de ce blog, vous connaissez certainement Marguerite Rouyer. Enfin, vous savez que la redécouverte de son acte de décès a été l'élément déclencheur de la création de ce site.

C’est donc à 105 ans que l’arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-grand-mère de ma femme serait décédée à Neuville-les-Vaucouleurs (dans la Meuse).

 

 Voici en quelques points, la vie de cette chère Madame Rouyer :

n1

° vers 1595

m1

avec Jean SALEUR

(† 1674)

e1

Anne SALEUR

Jean SALEUR

Marie SALEUR

d1

† 7 juin 1700

Neuville-les-Vaucouleurs (55)

cropped-17000607_rouyer-marguerite_d_55381-1.jpg

Quelle longévité pour cette époque !

 

Il s'agit d'ailleurs de la doyenne de mon fichier gedcom. Je m'interroge sur la véracité des informations notées au moment des funérailles, mais également quant au caractère exceptionnel de son âge.

Les archives en ligne à Neuville ne permettent pas de remonter au mariage ou a la naissance de Marguerite. On sait simplement qu'elle est vivante au décès de son mari en 1674. De plus, aucune autre Marguerite Rouyer n'est enregistrée dans les registres paroissiaux entre 1674 et 1700...

Aujourd'hui, le mystère plane toujours autour de Marguerite... L'acte est-il bien celui de l'aïeule de ma femme ? L'âge inscrit sur l'acte est-il réel ? Cette branche me laisse déjà un goût d'inachevé et je ne manquerai pas d'y revenir plus tard.

 

Finalement, la découverte de cet acte est pour moi le début d'un questionnement sur les centenaires en France avant 1900. Quels chiffres ? Comment les recenser ? Mon prochain article sera le moment de faire un peu de démographie historique mais également de lancer mon premier "article collaboratif" !

 

@ bientôt

 

 

Auteur de l’article : hegesip

  • Bonjour, j’ai moi aussi retrouvé une ancêtre directe de ma femme dont l’âge au décès annoncé sur l’acte de sépulture était énorme : 117 ans ! Dans mon cas, il était possible de remonter au contrat de mariage et à l’acte de baptême, ce qui m’a permis de prouver que cette longévité était largement exagérée, puisque cette aïeule n’avait finalement vécu que 96 ans et 6 mois, ce qui reste un très bel âge pour l’époque (1649-1746). Mais même sans ces documents, en étudiant sa descendance, je me serais rendu compte que l’âge de ses enfants les plus jeunes (ne serait-ce qu’en me basant sur leurs propres actes de sépultures) n’était pas compatible avec la longévité indiquée : elle n’aurait pas pu enfanter à 60 ans… Je vous conseille de faire le point sur ses enfants, si elle en a eu plusieurs, et peut-être cela vous convaincra-t-il de la véracité ou non de son âge ? Bien cordialement.