Jeanne Puech

Jehan d'Ivray

Femme de lettres

Jehan d’Ivray en dame égyptienne,
Revue illustrée, 20/08/1906,
Gallica

La vie de Jeanne

Jeanne naît en 1861 à Bessèges, dans le Gard. Elle est la fille de Jean Puech, chef de gare et de Joséphine Céline de Pays d’Alissac son épouse. Son grand-père, le comte d’Alissac fut l’un des derniers gardes d’honneur de Charles X.

Elle rencontre le docteur Sélim bey Fahmy Scharkass, étudiant égyptien en faculté de médecine à Montpellier. Ils se marient en 1878. Le couple s’installe au Caire dans la maison familiale du médecin, puis à Tantah, dans le Delta.

Elle étudie la langue et l’histoire de sa nouvelle patrie, et côtoie l’égyptologue Gaston Maspéro. Elle vit en Égypte une quarantaine d’années, le temps d’observer les changements politiques et sociaux-culturels du pays

Jeanne commence sa carrière littéraire en envoyant des articles aux revues locales et étrangères. Journaliste mais aussi romancière, elle publie de nombreux ouvrages historiques relatifs à l’Égypte et aux femmes de ce pays en utilisant le pseudonyme Jehan d’Ivray.

A la mort de son époux, en 1919, elle retourne vivre en France. Elle tient un salon littéraire à Paris, continue d’écrire et donne de nombreuses conférences sur l’Égypte.

Elle est nommée Chevalier de la Légion d’honneur en 1939 et décède en 1940 à Vichy.

Une œuvre dans la critique

Au cœur du harem

Récit autobiographique publié en 1911 dans lequel Jehan d’Ivray relate les mois qu’elle passa en 1879 dans le harem de sa belle-famille, au Caire.
 

Critiques de Rachilde :

Mercure de France, 16 février 1911 (Retronews :

“Au cœur du harem, par Jehan d’Ivray. Des mœurs curieuses, sinon mystérieuses. Des usages plus pittoresques vraiment que barbares. Toutes ces femmes réunies dans l’ombre pour papoter, intriguer, se farder, manger des confitures et se plaindre de leur peu de liberté oui une grande analogie avec leurs sœurs occidentales. C’est-à-dire que leurs sœurs françaises qui portent les robes trop étroites et les chapeaux trop larges volontairement me semblent encore plus ridicules que les créatures voilées par une volonté supérieure à leur entendement et qui n’osent pas encore se dépouiller du voile sans un ordre suprême. Du même auteur nous avons eu le Prince Mourad et nous aurons Nos frères de lettres. Jehan d’Ivray est une femme, et une femme charmante, qui n’en est pas à ses débuts dans les lettres parisiennes.

Dans la presse

Les Nouvelles, 20 jullet 1914
Retronews

Comœdia, 6 décembre 1922
Retronews

Journal des débats politiques et littéraires, 22 septembre 1940
Retronews

Jeanne dans les archives

1861 – Bessèges (30)
Naissance

1878 – Montpellier (34)
Mariage avec Selim Fahmy SCHARKASS

Légion d’honneur
(Base Léonore)

L'arbre généalogique de Jeanne
Sources
  • Archives :  Filae, Archives départementales
  • Bibliothèques : Gallica, Retronews, Bibliothèques spécialisées de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *